Author Topic: Paul Verlaine  (Read 1751 times)

Frederique

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 80230
  • Gender: Female
  • Creative, Hardworking and Able!
    • V and F
Paul Verlaine
« on: 08 Jun, 2011, 10:54:11 »
Paul-Marie Verlaine (30 March 1844 – 8 January 1896) was a French poet associated with the Symbolist movement. He is considered one of the greatest representatives of the fin de siècle in international and French poetry. […]


Paul-Marie Verlaine

Poems published in Translatum:


More poems by Paul-Marie Verlaine
Poèmes de Paul Verlaine


Back to index of world poetry

World poetry translated into Greek
« Last Edit: 31 Oct, 2013, 17:33:56 by Frederique »
Communicate. Explore potentials. Find solutions.


Frederique

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 80230
  • Gender: Female
  • Creative, Hardworking and Able!
    • V and F
Paul Verlaine, À Madame X...
« Reply #1 on: 08 Jun, 2011, 10:57:16 »
Paul Verlaine, À Madame X...


En lui envoyant une pensée

Au temps où vous m'aimiez (bien sûr ?)
Vous m'envoyâtes, fraîche éclose,
Une chère petite rose,
Frais emblème, message pur.

Elle disait en son langage
Les " serments du premier amour " :
Votre cœur à moi pour toujours
Et toutes les choses d'usage.

Trois ans sont passés. Nous voilà !
Mais moi j'ai gardé la mémoire
De votre rose, et c'est ma gloire
De penser encore à cela.

Hélas ! si j'ai la souvenance,
Je n'ai plus la fleur, ni le cœur !
Elle est aux quatre vents, la fleur.
Le cœur ? Mais, voici que j'y pense,

Fut-il mien jamais ? Entre nous ?
Moi, le mien bat toujours le même,
Il est toujours simple. Un emblème
À mon tour. Dites, voulez-vous

Que, tout pesé, je vous envoie,
Triste sélam, mais c'est ainsi,
Cette pauvre négresse-ci ?
Elle n'est pas couleur de joie,

Mais elle est couleur de mon cœur ;
Je l'ai cueillie à quelque fente
Du pavé captif que j'arpente
En ce lieu de juste douleur.

A-t-elle besoin d'autres preuves ?
Acceptez-la pour le plaisir.
J'ai tant fait que de la cueillir,
Et c'est presque une fleur-des-veuves.


Source: Toute la poésie

Communicate. Explore potentials. Find solutions.

Frederique

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 80230
  • Gender: Female
  • Creative, Hardworking and Able!
    • V and F
Paul Verlaine, Beauté des femmes
« Reply #2 on: 08 Jun, 2011, 11:02:25 »
Paul Verlaine, Beauté des femmes (Sagesse I - V)

Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles
Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal.
Et ces yeux, où plus rien ne reste d'animal
Que juste assez pour dire : " assez " aux fureurs mâles
Et toujours, maternelle endormeuse des râles,
Même quand elle ment, cette voix ! Matinal
Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !...

Hommes durs ! Vie atroce et laide d'ici-bas !
Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats
Quelque chose demeure un peu sur la montagne,

Quelque chose du coeur enfantin et subtil,
Bonté, respect ! Car qu'est-ce qui nous accompagne,
Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il ?


Source: Toute La Poésie


Communicate. Explore potentials. Find solutions.


Frederique

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 80230
  • Gender: Female
  • Creative, Hardworking and Able!
    • V and F

Paul Verlaine, Chanson d'automne

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon cœur
D'une langueur
Monotone.
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure
Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte

Paul Verlaine, Chanson d'automne English Translation by Arthur Symons

When a sighing begins
In the violins
Of the autumn-song,
My heart is drowned
In the slow sound
Languorous and long
Pale as with pain,
Breath fails me when
The hours tolls deep.
My thoughts recover
The days that are over
And I weep.
And I go
Where the winds know,
Broken and brief,
To and fro,
As the winds blow
A dead leaf.


Source (Thanks to Spiros) : Textetc (Translating Verlaine 1)
Communicate. Explore potentials. Find solutions.

Frederique

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 80230
  • Gender: Female
  • Creative, Hardworking and Able!
    • V and F
Paul Verlaine, Chanson d'automne (Literal English Translation)
« Reply #4 on: 08 Jun, 2011, 11:07:53 »
Paul Verlaine, Chanson d'automne

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon cœur
D'une langueur
Monotone.
Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure
Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte

Paul Verlaine, Chanson d'automne (Literal rendering)

The long sobs
of autumn's
violins
wound my heart
with a monotonous
languor.
Wholly breathless
and pale, When
the clock strikes,
I remember
the old days,
And I weep.
And I set off
in the ill wind
that carries me
here and there,
Like a dead leaf.



Source (Thanks to Spiros):  Textetc (Translating Verlaine 1)


« Last Edit: 02 Feb, 2013, 22:44:12 by spiros »
Communicate. Explore potentials. Find solutions.

Frederique

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 80230
  • Gender: Female
  • Creative, Hardworking and Able!
    • V and F
Paul Verlaine, Conseil falot
« Reply #5 on: 31 Oct, 2013, 17:31:14 »
Paul Verlaine, Conseil falot

Brûle aux yeux des femmes,
Mais garde ton coeur
Et crains la langueur
Des épithalames.

Bois pour oublier !
L'eau-de-vie est une
Qui porte la lune
Dans son tablier.

L'injure des hommes,
Qu'est-ce que ça fait ?
Va, notre coeur sait
Seul ce que nous sommes.

Ce que nous valons
Notre sang le chante !
L'épine méchante
Te mord aux talons ?

Le vent taquin ose
Te gifler souvent ?
Chante dans le vent
Et cueille la rose !

Va, tout est au mieux
Dans ce monde pire !
Surtout laisse dire,
Surtout sois joyeux

D'être une victime
A ces pauvres gens :
Les dieux indulgents
Ont aimé ton crime !

Tu refleuriras
Dans un élysée !
Ame méprisée,
Tu rayonneras !

Tu n'es pas de celles
Qu'un coup du Destin
Dissipe soudain
En mille étincelles.

Métal dur et clair,
Chaque coup t'affine
En arme divine
Pour un dessein fier.

Arrière la forge !
Et tu vas frémir,
Vibrer et jouir
Au poing de saint George

Et de saint Michel,
Dans des gloires calmes,
Au vent pur des palmes,
Sur l'aile du ciel !...

C'est d'être un sourire
Au milieu des pleurs,
C'est d'être des fleurs
Au champ du martyre,

C'est d'être le feu
Qui dort dans la pierre,
C'est d'être en prière,
C'est d'attendre un peu !
Communicate. Explore potentials. Find solutions.