L’accord avec « et »

Frederique

  • Moderator
  • Hero Member
  • *****
    • Posts: 80227
    • Gender:Female
  • Creative, Hardworking and Able!

L’accord avec « et »

Il arrive, rarement, que deux singuliers, coordonnés par et, soient regardés comme constituant un ensemble, et que cet ensemble soit le sujet singulier d’un verbe :
« Bien écouter et bien répondre est une des plus grandes perfections que l’on puisse avoir dans la conversation » (La Rochefoucauld, maxime 139).

En fait, jusqu’au XVIIIe siècle, il était fréquent que l’on fît accorder le verbe ayant plusieurs sujets, mêmes pluriels, avec le dernier seulement :
« La Compagnie [le Parlement de Paris] s’aperçut bien facilement que la proposition de cette chambre de justice, dont les officiers et l’exécution serait toujours à la disposition de ministres, ne tendait qu’à tirer les [intendants] voleurs de la main du Parlement » (Retz, Mémoires, édition de la Pléiade, page 81),
« Elle revint une heure après, dans un carrosse de louage, avec une fille qui la servait, et quelques malles où ses habits et tout ce qu’elle avait de précieux était renfermé » (1, page 63).
Le sens impose un singulier dans
« Je revois un moulin, une métairie qu’ombrageaient d’immenses platanes ; entre l’eau libre et l’eau qui travaillait au moulin, une sorte d’îlot où s’ébattait la basse-cour » (Gide, Si le grain ne meurt, partie 1, chapitre 2).

Après l’un et l’autre, articles, le nom et le verbe qui suivent peuvent être au singulier ou au pluriel :
« L’un et l’autre consul vous avait prévenue » (Racine, Britannicus, acte I, scène 2),
« L’un et l’autre des parents doivent être considérés comme assurant la charge effective et permanente de leur enfant » (Arrêté de la Cour de cassation, du 26 juin 2006).

Après l’un et l’autre, pronoms sujets, le verbe qui suit est généralement au pluriel, mais il y a des exceptions, particulièrement aux XVIIe et XVIIIe siècles :
« À demeurer chez soi l’un et l’autre s’obstine » (La Fontaine, « L’Aigle, la Laie et la Chatte »),
« Pour ne pas croire les apôtres, il faut dire qu’ils ont été trompés ou trompeurs. L’un et l’autre est difficile » (Pascal, Pensées, article 12),
« La bienfaisance est une passion céleste, aussi rare que l’est le véritable amour. L’un et l’autre est la prodigalité des belles âmes » (Balzac, Le Père Goriot),
« L’un et l’autre prend un peu de jour à de tremblotantes chandelles » (Bosco, Balesta).

L’un et l’autre peut être placé après un sujet pluriel :
« Nous étions ivres d’amour l’un et l’autre, elle pour son amant, moi pour elle » (Rousseau, Les Confessions, livre 9).

Source: Études littéraires
« Last Edit: 16 Apr, 2009, 10:58:00 by Frederique »
Communicate. Explore potentials. Find solutions.


 

Search Tools